08 mars 2015 ~ 0 Commentaire

Brève méthodologie indicative pour la prière

1 . La définition de la prière

La prière c’est le fait d’adresser à Dieu des pensées et des paroles.

2 . La raison de la prière

La prière est un moyen que Dieu utilise pour arriver à ses fins.

3 . Le principe de la prière

La vie est une prière : « priez sans cesse » (1 Th 5.17, Bible version du Semeur 2015)

4 . Le but de la prière

Le but de la prière est de devenir toujours plus amoureux de Dieu.

5 . Quelques exemples de prières courtes pour chaque instant

« Père »

« Jésus »

« Mon Dieu, je suis tout à vous »1

« Seigneur, faites-moi selon votre cœur »2

« Merci Seigneur pour toutes tes grâces »

« Dieu d’amour, je vous aime de tout mon cœur »3

« Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur »4

6 . Quelques conseils pour prier

On peut prier le matin ou le soir. L’avantage du soir c’est que l’on peut faire un bilan de la journée.

Prendre une position confortable, par exemple assis dans un fauteuil. Se recueillir un moment pour se préparer à écouter Dieu. On peut donc prier ainsi : « Seigneur, aide-moi à faire silence au plus profond de moi pour écouter ta voix. » Ensuite, lire quelques versets (lire un paragraphe dans une Bible comportant des titres de paragraphes, pour le choix du paragraphe de chaque jour en choisir un au hasard dans la Genèse le premier jour, puis dans l’Exode le deuxième et ainsi de suite) de la Bible en les appréhendant avec ses cinq sens : la vue, l’ouïe, le toucher, le goût, l’odorat. Se laisser travailler par le texte qui fait écho avec notre vécu quotidien. Faire des associations d’idées entre les mots, les idées et notre vécu, notre vie et ainsi formuler nos besoins, nos remerciements, nos demandes, nos demandes de pardon. Ainsi, on prie d’abord pour soi, puis pour sa famille, pour l’Église et enfin pour le monde.

Sachons enfin que Dieu est omniscient, qu’il sait tout alors inutile de rentrer dans les détails. Il s’agit surtout de pointer « en gros » nos sujets de prière.

7 . La vie selon l’Esprit

Pour terminer, voici un extrait d’une prédication d’Alain Nisus5 relative à la vie selon l’Esprit d’après le texte biblique de Romains chapitre 8 :

Comment entretenir sa relation avec Dieu ?

D’abord par la méditation de l’Écriture. Il y a cet exercice à faire, quotidiennement si on peut, c’est une discipline en tout cas, de mettre un temps régulier à part pour se recueillir, pour faire silence en soi, en son cœur, demander à Dieu de faire taire en nous le tumulte de la journée, afin de pouvoir écouter sa voix. On lit ensuite un texte biblique, peut-être à l’aide d’un guide de lecture par exemple.

Il y a différents temps de lecture, différentes façons de lire la Bible.

Il y a la lecture savante, la lecture approfondie, rigoureuse du texte, où l’on essaie de dégager le sens précis d’un texte. Pour le faire, il faut utiliser toutes les ressources et les instruments à notre disposition.

Mais il y a aussi une lecture plus immédiate du texte. Dans cette approche du texte, on ne comprend pas forcément tout mais il y a telle ou telle parole qui nous touche, qui nous marque, même si elle est extraite du contexte. Dans la méditation, dans cette lecture plus immédiate, on reçoit le texte, on le laisse faire écho en nous, on le fait résonner en nous et à l’aide de ce texte on fait un travail sur soi c’est à dire qu’on se fait visiter par ce texte, on fait ce texte visiter notre vie. On n’essaie pas de scruter le texte comme dans une étude savante, mais on se scrute soi à la lumière de ce texte. Si vous voulez, dans cette approche, c’est la lecture actuelle du texte qui importe : que me dit-il, quelle application puis-je en faire ? Comment s’applique-t-il à ma situation, à mon vécu ? Que me dit Dieu par ce texte sur moi, sur ma vie ?

Cette approche du texte est légitime à deux conditions : qu’elle soit complétée par une approche plus savante du texte et deuxièmement qu’on ne confonde pas le sens d’un texte et l’application d’un texte.

Que veut m’enseigner le Seigneur sur ma vie de foi, que m’inspire ce texte, comment m’interpelle-t-il, m’encourage-t-il, m’exhorte-t-il, me reprend-t-il ? Tout cela fait partie de l’application. Dans sa méditation du texte, on ne comprend peut-être pas toutes ses nuances mais on le comprend « en gros » ou peut-être que tel ou tel verset voire tel mot peut me parler, me toucher. Cette approche du texte pourvu qu’elle ne soit pas la seule, pourvu qu’elle soit aussi régulièrement complétée par une lecture plus savante peut être bénéfique mais ce qui est le plus important, c’est que notre étude du texte, qu’elle soit savante ou immédiate, puisse alimenter notre vie de prière et c’est là la deuxième chose à dire pour cultiver sa vie dans l’Esprit : elle passe par une vie de prière.

Après avoir reçu un texte dans son moment de recueillement, on peut en faire un tremplin pour notre prière c’est-à-dire qu’on prie avec le texte qu’on a reçu, on prie en fonction des échos que ce texte a eu en nous. On présente alors au Seigneur son cœur dans la transparence, dans l’intimité. Ensuite, dans un deuxième temps de prière, on peut présenter sa journée à Dieu, faire le bilan, revivre peut-être la journée avec ses moments forts, avec nos attitudes, nos faiblesses et laisser la lumière de Dieu visiter cette journée afin qu’il nous pardonne, nous encourage, nous console, nous reprenne là où nous avons besoin de l’être. Si c’est le matin, on présente la journée au Seigneur, les rendez-vous importants, les moments forts ou difficiles qui doivent se présenter ou peut-être aussi dans sa banalité quotidienne.

Dans un troisième temps, sa prière peut se faire intercession. On présente au Seigneur ses besoins spécifiques, ses besoins propres, ceux de sa famille, de son Église, du monde.

Je crois que là est le secret d’une vie spirituelle qui vise la croissance. Il y a une discipline, un effort à faire pour cultiver sa vie spirituelle et cela dépend de la relation, du temps passé avec Dieu.

Toujours pour cultiver sa vie spirituelle il y a la vie communautaire, la vie d’Église. On se rappelle que Dieu veut que l’Église existe, il prend plaisir aux rassemblements de ses enfants, cela réjouit son cœur de Père. L’Église fait partie intégrante du plan de Dieu. Nous sommes tellement individualistes que nous avons tendance à l’oublier mais c’est une vérité biblique : Dieu veut l’Église. Jésus meurt non seulement pour nous laver de nos péchés mais aussi pour que l’Église puisse exister. Mépriser l’Église c’est mépriser la mort du Christ. Dieu veut donc l’existence de l’Église mais la vie d’Église entretient aussi notre foi. Si l’on veut que le morceau de bois continue à brûler, il faut le laisser avec les autres bouts de bois, chacun s’entraide, s’encourage mais un bout de bois qu’on retirerait du feu et qu’on isolerait brûlerait quelque temps mais en restant avec les autres braises on continue à brûler.

1. Louis SCHWEITZER

a. http://flte.fr/spip.php?article96

b. http://www.xl6.com/auteurs/louis-schweitzer

Les chemins de la vie spirituelle, Esquisse d’une spiritualité protestante, cerf-excelsis, Paris, 2003, p. 123 disponible sur http://www.xl6.com/articles/9782914144599-les-chemins-de-la-vie-spirituelle-esquisse-d-une-spiritualite-protestante

2. Ibid., p. 128.

3. Ibid., p. 128.

4. Ibid., p. 128.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

My Little English Diary |
La grande Magie Blanche |
Extraits de bible |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Paroisse Sainte Rita
| RETOUR AFFECTIF EN 3 JOURS
| Islammaraisondevivre